Ce geste bizarre un matin d'avril,

à peine levée, t'écrire une lettre d'amour.

 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seule dans mon lit, embrumée encore par un rêve

où tu étais tout près de moi,

je t'écrivais dans ma tête.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Irrépressible, l'envie de voir

comment ces mots s'écriraient sur du papier.

Je me suis assise devant un petit morceau de table

et une page blanche trouvée dans la maison de vacances.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Je t'aime, je t'ai toujours aimé.

Cette phrase simple s'est posée sur la feuille,

nue, réellement écrite et pensée.

J'étais d'accord avec elle.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Te l'écrivant, peu lucide

sur son caractère direct et lyrique,

je l'ai ressentie au plus profond.




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Je n'aurais pas eu le courage de te l'écrire,

te l'envoyer dans une enveloppe, sans cet élan.


© Poèmes et dessins de Valérie Linder